Quels sont les effets d’un manque de nicotine ?

La plupart du temps, les bénéfices de l’arrêt du tabac surviennent très rapidement après avoir écrasé la dernière cigarette, et ce, quelle que soit la quantité de tabac consommée. En effet, quand on arrête de fumer, des symptômes liés au sevrage apparaissent. On note par exemple la fatigue, la nervosité et la prise de poids. Quels sont les effets d’un manque de nicotine ? Découvrez tout ce que vous pouvez savoir sur quelqu’un qui manque de nicotine.

La fatigue

Il est important de notifier que quand on fume, le corps est intoxiqué par la fumée du tabac et l’un de ses constituants, la nicotine joue un rôle de stimulant. De ce fait, à l’arrêt du tabac, vous allez sans doute ressentir une fatigue qui est généralement due d’une part au phénomène de désintoxication auquel procède l’organisme, et d’autre part à l’absence de nicotine et donc de stimulant. Il faut souligner que ces deux mécanismes combinés entraînent une importante fatigue, et ce jusqu’aux quatre semaines qui suivent la suppression du tabac. Pour avoir plus d’information, consultez https://www.jeremie-renier.com/2022/06/12/la-cigarette-electronique-darret-du-tabac-sans-risque/ .

La toux

Le manque de nicotine ou carrément l’arrêt du tabac peut aussi entraîner l’apparition d’une toux accompagnée de crachats provoquée par la reprise de l’activité des cils des bronches. Il faut rappeler que ces derniers (les cils des bronches) fonctionnaient moins bien du fait de leur immobilisation par les substances toxiques du tabac). De nos jours, de nombreux fumeurs s’étonnent alors de se sentir moins bien que quand ils sont en manque de nicotine.

Il faut souligner que tousser quand on est en manque de nicotine correspond la plupart du temps à une réaction naturelle de l’appareil respiratoire qui disparaît environ au bout de 3 à 4 semaines. En outre, les cils vibratiles qui tapissent l’intérieur des bronches se remettent à fonctionner et effectuent leur fonction d’évacuation. Par ailleurs, sachez que sous l’effet du tabac, ces cils vibratiles ne pouvaient effectuer leur travail excrétoire. En revanche, il peut arriver que cette toux n’ait aucun rapport avec l’arrêt du tabac et soit liée par exemple à un asthme ou à un reflux gastro-œsophagien.

Le syndrome de manque

Généralement, le syndrome de manque est la conséquence de la baisse brutale de la nicotine dans l’organisme, et ce, en dessous d’un certain seuil auquel le fumeur est habitué. En effet, il faut noter que dans cette situation, le cerveau réclame sa dose de nicotine. Dès lors, si vous êtes en manque de nicotine, vous allez sans doute souffrir d’un syndrome de manque. Cela se manifeste par la nervosité, la colère, l’agressivité, l’agitation, l’impossibilité de se concentrer, l’insomnie, l’envie de grignoter et de manger, la tristesse, la dépressive et l’anxiété.

L’arrêt du tabac provoque de ce fait une réelle souffrance que le fumeur doit apprendre à maîtriser. Il faut souligner que ces différentes manifestations sont importantes au début de l’arrêt du tabac puis diminuent rapidement pour disparaître plus tard. Toutefois, les pulsions d’envie de fumer peuvent se prolonger plusieurs mois, surtout quand les gros fumeurs sont en manque de nicotine. En revanche, sachez aussi que certains substituts nicotiniques et certains médicaments peuvent aussi aider à vaincre les symptômes de manque de nicotine.